Des bleus autour du brun : récit du rassemblement antifasciste de Vannes

8 janvier 2022 – 13h30

Les keufs sont déjà présents partout autour du Palais des Arts de Vannes, où le parti d’extrême-droite “Reconquête”, dirigé par l’éditorialiste raciste, misogyne, homophobe, condamné pour incitation à la haine Eric Zemmour, va donner un meeting à 15h. On peut croiser quelques autocollants des royalistes de l’Action Française aux alentours du lieu. Les rues environnantes sont bouclées et l’accès à la place devant l’entrée du théâtre est inaccessible : des bleus partout.

Les keufs bouclent un côté (à notre gauche) de l’avenue Jean Monnet

Au préalable, les antifascistes morbihannais.e.s s’étaient organisé.e.s pour essayer de saboter le meeting des fachos en s’inscrivant anonymement sur le site de réservation de billets. Ces derniers étant gratuits et sans vérification de mails ni de numéros de téléphones, il nous était aisé de “bourrer” les places. Cela n’a pas été sans effet chez nos fafs locaux :

Toujours un plaisir de les voir paniquer

Au final, au vu des images du meeting qu’on a pu capter ici et là, ça n’a peut-être pas été aussi efficace qu’on aurait pu l’imaginer. On tâchera d’en tirer des apprentissages pour de futurs événements comme celui-là.

14h – Début du rassemblement

On démarre alors à environ 80 militant.e.s antifascistes autour du rond-point à l’embranchement de l’avenue Jean Monnet et du Boulevard de la Paix. Malgré la pluie et la tempête, on a pu montrer notre détermination à s’opposer à cette extrême-droite fondamentalement raciste, nationaliste, violente et dangereuse.

Entre 25 et 30 minutes plus tard, la manifestation contre le pass vaccinal nous rejoint depuis le port (c’est-à-dire derrière nous). Iels sont entre 600 et 800[1] en tout, on les entends scander “Hé Macron, on t’emmerde” et puis, quand certain.e.s arrivent à notre hauteur, “Hé Zemmour, on t’emmerde”. Pour être tout à fait honnête, ça m’a un peu rassuré étant donné la couleur plus que douteuse du mouvement “anti pass” depuis l’été dernier. Quelques personnes nous rejoignent et gonflent nos rangs jusqu’à environ 120 personnes, tandis que l’immense majorité du cortège continue son parcours. Des camarades ayant discuté avec des “anti-pass” racontent : entre celleux qui sont proches de nos idées antifascistes mais qui considèrent que la lutte contre le pass sanitaire est plus importante, et d’autres qui annoncent très clairement voter Le Pen aux prochaines élections, pas toujours faciel de trouver un terrain d’entente. Au moins il n’y a pas eu d’accrochages : sinon on aurait été bien dans la merde avec d’un côté les keufs et de l’autre les antivax et complotistes.

En même temps, il y avait de quoi s’inquiéter. En effet on a pu voir tourner, sur certains réseaux “anti-pass” (antivax) et même Gilets Jaunes, des appels à participer à la manif “anti-pass” de Vannes tout en relayant le meeting des fachos !

Des faux résistant.e.s

Des faux révoltés

Ironique pour un mouvement qui se veut “apolitique” et “apartisan”. Mais finalement pas si étonnant au vu des énergumènes qui ont pu y participer précédemment[2]. Il y a décidément une certaine branche des Gilets Jaunes dans notre département qui a viré antivax, complotiste et qui s’est rapprochée de l’extrême-droite.


Pour conclure on vous renvoi vers les réactions à chaud de nos camarades du Gwened Antifa Crew sur Facebook. Elles sont pertinentes et soulignent une chose qui nous parait importante : ce n’est que le début. Ce rassemblement a été le 1er appelé par le Collectif Antifasciste du Morbihan, créé un peu plus tôt dans la semaine du 3 janvier 2022. Nous allons travailler à tisser des liens entre militant.e.s, à nous organiser pour faire front.

Pour insuffler un vrai sentiment antifasciste et au final, espérons-le, faire émerger un mouvement fort dans le département, il va falloir faire un réel travail de terrain : dans nos quartiers, sur nos lieux de travail, partout où c’est possible. Il faudra tenir des réunions publiques, former des militant.e.s, informer la population ; rien de nouveau dans les pratiques militantes mais cela reste fondamental. En ce qui nous concerne, nous pensons que cela doit aller dans le sens d’une éducation politique pour une lutte antifasciste de classe et révolutionnaire. Cela ne doit pas être expédié avec des réponses simplistes : nous devrons apporter de la nuance et de l’esprit critique à nos analyses tant de l’extrême-droite elle-même que des réponses à lui opposer. On ne saurait simplement appeler à “bien voter”, ou alors arrêter notre critique de l’extrême-droite au libéralisme, censurer nos critiques des pratiques autoritaires ou du racisme présents même au sein de partis situés à gauche de l’échiquier politique. Il nous faudra porter des analyses claires et solides et agir de façon directe et offensive, il y a urgence.

Merci beaucoup à toutes les personnes qui ont fait le déplacement dans le département mais aussi depuis le Finisterre pour venir nous soutenir !

Solidarité Antifasciste !

Il ne faut surtout pas baisser la garde : même si Vannes est déjà connue pour être un bastion de la droite, elle tend à en devenir un pour l’extrême-droite (et parfois la plus radicale et violente). Mais nous serons là. Nous serons toujours là. Car nous sommes antifascistes, tant qu’il le faudra !

Tout le monde déteste (tous) les fachos !

[1] Sources : articles de Ouest France & du Télégramme

[2] Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article qu’on a fait sur les manifestations “anti-pass sanitaire” de Vannes